ernesto che guevara

24 novembre 2011

Bienvenue.

Bienvenue sur mon site dédié a Ernesto Che Guevara,son combat pour la libérté ainsi que sa vie.2006116141314-che_guevara

Posté par stph à 14:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Che,la foi du guerrier.

Il est mort criblé de balles dans l,école d,un petit village de Bolivie en 1967,le visage tuméfié,les yeux ouverts,les pieds écorchés,venu chercher dans cette jungle hostile et misérable un signe d,éternité.Parce qu,il était beau,jeune,intégre jusqu,a la mort,idéaliste et plein d,humour,il incarne l,éspoir pour tous ceux qui ne se résignent pas.Il ne fut pas seulement le combattant illustre d,une révolution a part,il fut surtout un acteur romantique de l,histoire de l,humanité.Il portait un béret fiché d,une étoile,il aurait pu etre ceint d,une écharpe tricolore ou d,un bicorne...C,était une star,mais une star positive ayant foi en l,homme,qui est parvenu jusqu,a nous,redonnant de la dignité au quotidien?Homme toujours,courtisé par les femmes,jalousé par ses compagnons,adulé et trahi,aimé et exploité:ainsi fut Che,l,image contemporaine de la passion et l,exemple,a trente-neuf ans,d,une vie accomplie.114162650074

Posté par stph à 14:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le 9 octobre 1967.

Il est 13 heures,nous sommes le 9 octobre 1967 dans une petite école de La Higuera,bourgade montagnarde plantée sur les premiers contreforts des Andes en Bolivie.L,homme s,appelle Ernesto Guevara de La Serna,plus connu sous le sobriquet de "El Che".Blessé a la jambe et au bras,barbu,hirsute,des bandelettes sales autour des pieds,il regarde fixement son bourreau qui tremble d,émotion.Le sergent Mario Teran,volontaire pour la besogne,est intéressé par les promesses de promotion qu,on lui a faites.Il tire une rafale de fusil-mitrailleur sur le Che aprés s,etre copieusement imbibé d,alcool.Il est 13h10,le Che est mort,criblé de huit balles comme l,établit l,autopsie;deux a droite et a gauche du cou,trois balles dans la poitrine,une dans l,avant-bras droit,une autre lui a ouvert la cuisse gauche et une dans la jambe droite.Ce jour-la,dans la pénombre d,une salle de classe désertée,un mythe est né.Le 15 octobre 1967,face a un million de Cubains massés place de la Révolution a La Havane,Fidel Castro confirme l,inconcevable:la mort du commandant Ernesto Che Guevara,son compagnon de combat de la sierra Maestra-les montagnes de la partie orientale de Cuba-,le médecin argentin,devenu presque par accident gouverneur de la Banque centrale de Cuba et,plus tard,ministre de l,industrie.La nouvelle est un choc sans précédent depuis le triomphe des "barbudos",les révolutionnaires cubains.Le silence est total et,parmi cette foule immense,nombreux sont ceux qui ne peuvent retenir leurs larmes.Che n,était plus apparu sur l,ile depuis plus de deux ans,et les spéculations allaient bon train.On le savait infatigable révolutionnaire,mais le peuple découvre,ce jour-la,qu,il s,est dépensé sans compter sur tous les fronts des pays du Tiers Monde,en Afrique et en Amérique latine.Pourtant aussi terrible soit-elle,la nouvelle est implacable,le "guerillero heroico" est tombé au combat,six jours plus tot,dans un maquis bolivien.Référence d,un Mai 68 bouillonnant,l,éffigie du Che Guevara réapparait quelques mois a peine aprés sa disparition comme le symbole de la lutte de toute une jeunesse écoeurée par le monde qu,on lui propose.Du frontispice de la Sorbonne en France jusqu,aux chambres des étudiants italiens ou allemands,Che fait école,son combat rend l,espoir,son intégrité morale inspire les barricades et fait croire en des lendemains meilleurs...1119379849_1207866548_24c4473b4a7a92981bc1e0a75308e9bddcf93f4a

Posté par stph à 16:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 novembre 2011

Une jeunesse argentine.

Né le 14 juin 1928 a Rosario,un port céréalier argentin,Ernestito dit "Tete",est l,ainé des cinq enfants de Ernesto Guevara Lynch,un entrepreneur,et de Celia de La Serna,qui,durant toute son existence,aura une grande influence sur son fils et entretiendra avec lui une abondante correspondance.Dés son jeune age,Ernestito souffre d,insuffisance respiratoire,a la suite d,une négligence de sa mére qui le laisse a deux ans nu au bord d,un fleuve:l,enfant attrape froid et devient asthmatique.Trés vite sa mére,devant une maladie qui parait incurable,le laisse libre de ses mouvements et n,essaie pas d,entraver ses élans et son gout de l,aventure.L,enfant se montre téméraire et sportif.Avec ses copains,les fréres Granado,il forme une équipe de rugby et prouve son penchant pour les exercices violents.Alberto,l,un des fréres Granado,devient son meilleur ami.C,est avec Alberto,jeune médecin curieux d,un monde en perpétuel mouvement,qu,Ernestito entreprend un voyage initiatique a travers toute l,Amérique latine,pour mieux connaitre le continent dans lequel ils vivent.Ernesto Guevara n,a alors que vingt-trois ans et se consacre a ses derniéres années d,études de médecine.C,est également un passionné d,échecs,un exercice intellectuel qui le stimule,notamment lorsqu,il s,agit de vaincre un adversaire a sa hauteur.Malgré des crises réguliéres et violentes d,asthme,son ennemi quotidien,il pratique a un bon niveau la natation et l,athlétisme,sans jamais négliger sa passion de toujours:la lecture.Grace a sa mére et a l,impressionnante bibliothéque dont il dispose chez lui,Ernesto dévore tout ce qui se présente a sa curiosité,de Rousseau a Gandhi en passant par Freud,Sophocle,Shakespeare ou Garcia Lorca et Beaudelaire...Il a une affection particuliére pour ce qui vient de France,pays des droits de l,homme,des encyclopédistes et surtout de la Révolution.Cette attirance pour le pays de Voltaire l,améne,la aussi aidé par sa mére,a apprendre le francais et a le parler correctement.Son ami Granado le surnomme Fuser (contraction de furibundo,furieux,et de Serna,le nom de sa mére).En retour,Ernesto appelle Alberto,Mial (contraction de Mi Alberto).La date du voyage est finalement fixée au 29 décembre 1951.Mial et Fuser,aprés s,etre interrogés sur une incursion en Europe,optent pour l,Amérique latine,ses civilisations précolombiennes et sa culture qui est également la leur.Chargés d,une tente,de sacs de couchage et de cartes routiéres emballés dans de la toile de jute,ils partent pour une aventure de 10 000 kilométres,chevauchant une moto Norton de 500 cm3,la Poderosa (la Vigoureuse),vers le nord de la Patagonie et du Chili.Durant sept mois ils écument plusieurs Etats sud-américains secoués par des soubresauts révolutionnaires ou écrasés par des dictatures.Partis de Cordoba,au centre de l,Argentine,ils doivent abandonner la Norton a Santiago du Chili en mars 1952 et poursuivre leur route en auto-stop,camions,trains bondés d,Indiens souvent pauvres et misérables.Ils passent par Valparaiso,Chuquicamata,avant d,arriver aux mines de cuivre gigantesques,gérées par des "yankis",qui révélent aux deux amis la vrai misére,l,injustice et l,exploitation outranciére des hommes,notamment des Indiens araucas.Dans son livre sur ce voyage,Alberto Granado se souvient de ce moment:"Par un tour de passe-passe qui échappe aux Indiens,leur terre rouge et riche se transforme en billets verts."Dans ces mines de la Braden Company,Ernesto Guevara sent l,envie de se battre pour un idéal:défendre son prochain,faire cesser l,exploitation de l,homme par l,homme.Son combat sera donc social et politique.Le Pérou et l,ascension du Machu Picchu constituent une nouvelle étape avant l,Amazonie ou Guevara et Granado séjournent dans la léproserie de San Pablo.Ernesto,qui n,a pas encore terminé ses études de médecine,prouve ses capacités de thérapeute et tisse de profonds liens d,amitié avec les malades indiens.Dans une lettre qu,il adresse a sa mére avant de quitter la léproserie,Ernesto raconte leurs adieux:"...L,accordéoniste n,avait plus de doigts a la main droite,il les avait remplacés par des tiges de bambou liées au poignet.Le chanteur était aveugle et presque tous avaient des visages monstrueux.Tout cela a la lueur des falots et des lanternes.Un spectacle de film d,horreur qui restera pourtant comme l,un des plus beaux souvenirs de ma vie."che007

Posté par stph à 12:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2011

Le voyage initiatique.

Cette fois,c,est a bord d,un radeau de fortune confectionné par les lépreux,le Mambo-Tango,que les deux Argentins poursuivent leur chemin:la Colombie ou régne un gouvernement de terreur et enfin au terme de leur périple,le 26 juillet 1952,Caracas,la capitale vénézuélienne.Avant de regagner Buenos Aires pour finir ses études,Ernesto rencontre un Européen révolutionnaire qui suscite chez lui une sorte de révélation qu,il consigne en ces termes dans ses notes de voyage:"...Le visage de l,homme disparaissait dans l,ombre,il n,en émergeait,comme des étincelles,que ses yeux et lache1 blancheur des quatres dents de devant.Je ne sais toujours pas si c,est l,atmosphére que dégageait cet individu ou sa personnalité qui m,ont préparé a recevoir la révélation,mais je sais que ces arguments,je les avais souvent entendu avancer par plusieurs sans qu,ils ne m,aient jamais impressionné(...).Il laissa tomber la phrase suivante:"L,avenir appartient au peuple qui,pas a pas ou d,un seul coup,va conquérir le pouvoir,ici et partout sur la terre..."J,ai vu ses dents et la grimace espiégle avec laquelle il devancait l,Histoire(...),je sens déja mes narines dilatées,savourant l,acre odeur de poudre et de sang de la mort ennemie.Je raidis déja mon corps,pret a la bataille,et je prépare mon etre comme une enceinte sacrée pour qu,y résonne,avec de nouvelles vibrations et de nouveaux espoirs,le hurlement bestial du prolétariat triomphant."La rencontre l,a impressionné,pourtant il n,y fera plus référence,préférant,quelques années plus tard,mentionner la réalité sociale a laquelle il s,était heurté."A cause des conditions dans lesquelles je voyageais,j,était en contact étroit avec la pauvreté,la faim et la maladie,écrit-il.J,ai découvert qu,il était impossible de guérir des enfants malades a cause du manque de moyens et j,ai vu la dégradation due a la sous-nutrition et a la répression constante."Le 26 juillet 1953,a Cuba,la caserne de la Moncada est attaquée par un groupe de jeunes étudiants révoltés,conduits par un certain Fidel Castro Ruz.L,attaque échoue,Castro est emprisonné.A ce moment,Guevara,son diplome de médecin en poche,est de nouveau en voyage:c,est au Costa Rica qu,il entend parler de ce "mouvement du 26 juillet".Le 20 décembre 1953,il arrive au Guatemala.Il y rencontre une exilée péruvienne,Hilda Gadea,membre du Parti Alliance populaire révolutionnaire.Elle deviendra plus tard sa femme,et aura une grande influence sur lui,notamment en lui parlant des heures entiéres de la Révolution russe,de Lénine,Trotsky et Mao.Ernesto poursuit sa correspondance avec sa mére:"Le Guatemala est le seul pays d,Amérique latine vraiment intéressant,meme si sa capitale n,est pas plus grande que Bahia Blanca (station balnéaire argentine)."Le Guatemala est présidé par un colonel progressiste,Jacobo Arbenz.Mais celui-ci n,a pas les moyens de son ambition,il fache les Américains qui répriment militairement son régime et mettent le pays en coupe réglée.Ernesto est décu et traqué pour avoir participé a la résistance.Il fuit avec Hilda au Mexique,ou il l,épouse le 18 aout 1955;ils auront une petite fille.Hilda mourra au début des années 70,sa fille,Hildita,le 21 aout 1995,a La Havane.

Posté par stph à 12:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 novembre 2011

La rencontre avec Castro.

C,est a Mexico,au domicile d,une certaine Maria-Antonia Sanchez Gonzalez,une Cubaine mariée a un Mexicain,au 49 de la rue Emparan,que Fidel Castro Ruz rencontre pour la premiére fois le jeune Guevara,le 9 juillet 1955.Ce dernier arbore ses vingt-sept ans du haut de son 1,73 m et dévisage avec respect l,instigateur de l,assaut de la Moncada.La discussion se prolonge tard dans la nuit et tourne autour des difficultés sociales auxquelles sont confrontées les populations d,Amérique latine,en particulier a Cuba,et de l,évidente nécessité d,abattre l,impérialisme sous toutes ses formes.Ernesto Guevara se montre bavard et remarquablement renseigné,ce qui n,est pas pour déplaire a Castro.La fougue et l,enthousiasme,mais aussi la lucidité de ce jeune médecin argentin séduisent le leader du mouvement du 26 juillet.Une sympathie s,installe entre les deux hommes,ils se revoient souvent et réguliérement en compagnie de Raul Castro,le frére de Fidel,et de Raul Roa,qui deviendra plus tard ambassadeur a Prague et a Paris,mais aussi d,un groupe d,exilés cubains qui avait participé a l,assaut de la prison de Bayamo,principalement Nico Lopez,le premier a avoir connu Guevara au Guatemala.Le cercle se réunit pour débattre de thémes révolutionnaires mais aussi pour jouer aux échecs ou parler littérature.Ernesto poursuit des discussions politiques passionnées avec Hilda.Rapidement Fidel Castro est convaincu qu,il a trouvé,en la personne d,Ernesto Guevara,le médecin qu,il lui faut pour les accompagner,lui et son groupe,combattre les troupes du dictateur cubain Fulgencio Batista.Fidel lui propose donc de se joindre a son commando et l,informe de son projet de débarquer prochainement a Cuba en "Oriente",la partie est de l,ile,sur un yacht qu,il vient d,acheter:le Granma.Sans hésiter,Guevara qui sent qu,il tient,cette fois,l,occasion de prendre les armes,accepte la proposition.Il pose toutefois une condition:recouvrer sa liberté aprés l,éventuelle réussite de l,opération et la libération du peuple cubain.Hilda lui apporte son soutien.C,est donc en médecin qu,il participera a l,aventure avec,dés le début,la ferme intention de se battre."Guevara s,enrole,confirme Francois Maspero,et désormais il est Che,surnom que l,on donne aux Argentins dans toute l,Amérique latine."
[DivX - ITA] - Che Guevara - discorso sull' imperialismo 

Posté par stph à 12:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 novembre 2011

La révolution en marche (partie1).

Dans la droite ligne d,un Bolivar ou d,un José Marti,Guevara s,engage dans la lutte avec Castro pour libérer Cuba,mais surtout dans le ferme intention d,en faire le premier maillon d,une chaine libératrice de tout le continent latino-américain.D,autant qu,en ce début d,été 1955,l,Argentine est en proie a une forte agitation:une tentative de coup d,état militaire tente de renverser Peron et de se mettre dans l,orbite nord-américaine,ce qui préoccupe sérieusement Guevara.Lorsque Juan Peron est finalement destitué en septembre 1955,Ernesto adresse une lettre a sa mére:"La chute de Peron me touche beaucoup.Pas pour lui mais pour ce qu,il représentait aux yeux de toute l,Amérique.Avec lui l,Argentine tenait,pour nous qui situions l,ennemi au nord,le role de paladin de nos pensées.Le parti communiste disparaitra avec le temps,il faudra songer a lutter véritablement."Malgré sa déception,Guevara ne veut songer qu,a sa prochaine opération cubaine.Il s,entraine comme un forcené avec ses compagnons guérilleros que Fidel Castro a décidé de faire débarquer dans l,épaisse foret de la sierra Maestra,a l,est de Cuba,ou les insurgés pourront mener des actions de commando.En février 1956,le groupe intensifie les préparatifs.Tous s,exercent au tir dans une vieille ferme de la banlieue de Mexico sous la férule d,un vieux général d,aviation,Alberto Bayo,ancien combattant en Espagne et au Maroc.Dans ces moments Ernesto est confiant et relate dans son journal:"J,ai pour la premiére fois l,impression que nous avons une chance de succés.Ce que j,avais jusque-la considéré comme fort douteux quand je m,étais laissé enroler par le commandant des rebelles,avec lequel j,entretiens toujours des relations d,amitié fondées sur le sentiment de vivre un roman d,aventures et sur notre commune conviction que cela vaut la peine de mourir sur une plage étrangére,pour un idéal de pureté."Alertée par des agents de Batista,la police mexicaine traque les activistes cubains et arrete Fidel Castro ainsi qu,Hilda et Hildita,l,épouse et la fille d,Ernesto Guevara.Le 24 juin c,est au tour d,Ernesto et de ses compagnons d,armes de rejoindre les prisons mexicaines,mais les motifs de l,arrestation sont trop vagues pour les maintenir longtemps en détention.

Posté par stph à 09:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]