Né le 14 juin 1928 a Rosario,un port céréalier argentin,Ernestito dit "Tete",est l,ainé des cinq enfants de Ernesto Guevara Lynch,un entrepreneur,et de Celia de La Serna,qui,durant toute son existence,aura une grande influence sur son fils et entretiendra avec lui une abondante correspondance.Dés son jeune age,Ernestito souffre d,insuffisance respiratoire,a la suite d,une négligence de sa mére qui le laisse a deux ans nu au bord d,un fleuve:l,enfant attrape froid et devient asthmatique.Trés vite sa mére,devant une maladie qui parait incurable,le laisse libre de ses mouvements et n,essaie pas d,entraver ses élans et son gout de l,aventure.L,enfant se montre téméraire et sportif.Avec ses copains,les fréres Granado,il forme une équipe de rugby et prouve son penchant pour les exercices violents.Alberto,l,un des fréres Granado,devient son meilleur ami.C,est avec Alberto,jeune médecin curieux d,un monde en perpétuel mouvement,qu,Ernestito entreprend un voyage initiatique a travers toute l,Amérique latine,pour mieux connaitre le continent dans lequel ils vivent.Ernesto Guevara n,a alors que vingt-trois ans et se consacre a ses derniéres années d,études de médecine.C,est également un passionné d,échecs,un exercice intellectuel qui le stimule,notamment lorsqu,il s,agit de vaincre un adversaire a sa hauteur.Malgré des crises réguliéres et violentes d,asthme,son ennemi quotidien,il pratique a un bon niveau la natation et l,athlétisme,sans jamais négliger sa passion de toujours:la lecture.Grace a sa mére et a l,impressionnante bibliothéque dont il dispose chez lui,Ernesto dévore tout ce qui se présente a sa curiosité,de Rousseau a Gandhi en passant par Freud,Sophocle,Shakespeare ou Garcia Lorca et Beaudelaire...Il a une affection particuliére pour ce qui vient de France,pays des droits de l,homme,des encyclopédistes et surtout de la Révolution.Cette attirance pour le pays de Voltaire l,améne,la aussi aidé par sa mére,a apprendre le francais et a le parler correctement.Son ami Granado le surnomme Fuser (contraction de furibundo,furieux,et de Serna,le nom de sa mére).En retour,Ernesto appelle Alberto,Mial (contraction de Mi Alberto).La date du voyage est finalement fixée au 29 décembre 1951.Mial et Fuser,aprés s,etre interrogés sur une incursion en Europe,optent pour l,Amérique latine,ses civilisations précolombiennes et sa culture qui est également la leur.Chargés d,une tente,de sacs de couchage et de cartes routiéres emballés dans de la toile de jute,ils partent pour une aventure de 10 000 kilométres,chevauchant une moto Norton de 500 cm3,la Poderosa (la Vigoureuse),vers le nord de la Patagonie et du Chili.Durant sept mois ils écument plusieurs Etats sud-américains secoués par des soubresauts révolutionnaires ou écrasés par des dictatures.Partis de Cordoba,au centre de l,Argentine,ils doivent abandonner la Norton a Santiago du Chili en mars 1952 et poursuivre leur route en auto-stop,camions,trains bondés d,Indiens souvent pauvres et misérables.Ils passent par Valparaiso,Chuquicamata,avant d,arriver aux mines de cuivre gigantesques,gérées par des "yankis",qui révélent aux deux amis la vrai misére,l,injustice et l,exploitation outranciére des hommes,notamment des Indiens araucas.Dans son livre sur ce voyage,Alberto Granado se souvient de ce moment:"Par un tour de passe-passe qui échappe aux Indiens,leur terre rouge et riche se transforme en billets verts."Dans ces mines de la Braden Company,Ernesto Guevara sent l,envie de se battre pour un idéal:défendre son prochain,faire cesser l,exploitation de l,homme par l,homme.Son combat sera donc social et politique.Le Pérou et l,ascension du Machu Picchu constituent une nouvelle étape avant l,Amazonie ou Guevara et Granado séjournent dans la léproserie de San Pablo.Ernesto,qui n,a pas encore terminé ses études de médecine,prouve ses capacités de thérapeute et tisse de profonds liens d,amitié avec les malades indiens.Dans une lettre qu,il adresse a sa mére avant de quitter la léproserie,Ernesto raconte leurs adieux:"...L,accordéoniste n,avait plus de doigts a la main droite,il les avait remplacés par des tiges de bambou liées au poignet.Le chanteur était aveugle et presque tous avaient des visages monstrueux.Tout cela a la lueur des falots et des lanternes.Un spectacle de film d,horreur qui restera pourtant comme l,un des plus beaux souvenirs de ma vie."che007